Le printemps est là, avec ses jours plus longs et plus doux, ses arbres en fleurs, et sa lumière retrouvée ; c’est un moment très attendu par beaucoup, et particulièrement par les deux artistes qui vous invitent à découvrir leurs œuvres qui seront exposées jusqu’en septembre dans l’ atelier de Catherine Chabrot, La Remise, 330, avenue de Provence, à Tulette.

Dès le retour de la douce saison, Catherine et François vont reprendre leurs balades dans la nature, comme ils l’avaient fait l’an dernier ; il en était résulté une exposition à Montélimar, de mi-janvier à mi-février dernier, qui avait attiré pas mal de monde, et de bons commentaires. Ces deux peintres sont différents, chacun ayant sa façon de s’exprimer – certains diront son propre style – ; ce qui les réunit, c’est un amour commun de leur art, ce sont les échanges d’émotions diverses devant les thèmes abordés, ce qui finalement a renforcé une amitié vieille de bientôt vingt ans ; et quand on aime, on a toujours vingt ans ! Ils ont très vite partagé cette définition de la peinture que l’on doit – en la paraphrasant -, au grand photographe Henri Cartier-Bresson :

Peindre, c’est mettre sur une même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur ; c’est une façon de vivre.

Voilà donc – à l’instar des footballeurs qui jouent sur leur propre terrain -, une artiste qui produit dans son propre atelier : Catherine en avait rêvé, elle l’a trouvé, se l’est approprié et lui a donné vie… Elle le partage – car elle est généreuse – , avec ses amis de la WAMA DANSE Compagnie, mise en scène  par la chorégraphe Patrice Ferragut, déjà appréciée lors de l’inauguration de La Remise ; les pinceaux de Catherine avait dansé sur les envolées des jeunes danseuses de la compagnie, et c’était un moment magique… Peut-être récidivera-t-elle ?

François habite dans la Drôme depuis qu’il a quitté les rives du Lac Léman, où il est né, pour suivre le Rhône et s’arrêter à Montélimar ; c’est là, au cours de réunions d’activités associatives, qu’il a rencontré Catherine ; il avait commencé à peindre sitôt établi ici, dans l’atelier de Maurice Turquet, à Rousset-les-Vignes. Puis il a retrouvé Catherine qui avait planté son chevalet à La Garde Adhémar, et où  il peignait aussi. Depuis, ils ont continué à peindre,  l’un à côté de l’autre, les mêmes paysages ; il en est résulté des regards croisés sur le même thème, sur la même ligne de mire, chacun conservant sa personnalité : Catherine, la professionnelle, avec une solide formation Beaux-Arts ; lui, l’amateur, avec sa sensibilité d’architecte  – son métier durant plus de trente ans ; ils ont découvert ainsi combien leurs différences peuvent être enrichissantes.

Voilà ce que vous pourrez voir en visitant l’exposition de La Remise : ce qu’ils ont ainsi partagé lors de leurs rencontres hebdomadaires, depuis une bonne année.

François NEYROUD